Loading Events

« All Events

  • This event has passed.

Lecture: Here It Is Toxic, There It Is Not

March 16 @ 6:00 pm - 7:30 pm

C’EST TOXIQUE ICI, MAIS PAS LÀ-BAS
Conférence de Simone M. Müller en anglais, à 18 h

La veille du jour de l’An 1987, 4 000 tonnes de cendres toxiques sont livrées aux habitants des Gonaïves, une ville portuaire démunie sur la côte occidentale d’Haïti. Dans un contexte politique instable, des fonctionnaires haïtiens ont autorisé l’importation de déchets toxiques des États-Unis, catégorisés comme des « fertilisants ». Les cendres proviennent de Philadelphie, où sévit une crise de gestion des déchets depuis l’imposition du gouvernement fédéral de nouvelles réglementations environnementales coûteuses. Philadelphie a choisi d’exporter ses déchets dangereux vers l’hémisphère Sud, entrant ainsi dans un marché gris caractérisé, selon certains, par des « échanges volontaires » et, selon d’autres, par un « impérialisme des poubelles ».

La commune des Gonaïves n’est qu’un des nombreux sites qui, à la fin du XXe siècle, font les frais du capitalisme industriel et de ses visées : la croissance continue et la maximisation des profits. En suivant cette cargaison toxique et certains des vaisseaux fantômes qui la transportent autour du monde, la conférence abordera les motifs des acteurs qui se livrent à ce commerce et les solutions possibles pour le remplacer.

La conférence de Simone M. Müller sera suivie d’une réponse de Sébastien Jodoin, professeur de droit à l’Université McGill.

Théâtre Paul Desmarais / CCA, entrée gratuite

cca.qc.ca

//

HERE IT IS TOXIC, THERE IT IS NOT
Lecture by Simone M. Müller (in english), at 6pm

On New Year’s Eve 1987, the people of Gonaïves, an impoverished port town on Haiti’s west coast, awoke to 4,000 tons of toxic ash. Amidst political turmoil in Haiti, officials had approved the import of toxic waste from the United States classified as “fertilizer.” In this case, the ash came from Philadelphia, which was facing a waste management crisis brought on by the costs of meeting the requirements of new national environmental legislation. Philadelphia opted to relocate its hazardous waste to the Global South, thereby entering the grey market of what some call “voluntary exchange” and others, “garbage imperialism.”

Gonaïves is just one of the many sites that sustain industrial capitalism and the premises of continuous growth and profit maximization in the late twentieth century. By following this toxic cargo and some of the ghost ships that carry it around the globe, this talk will explore the motivations of those who engage in the trade, and offer insights into possible alternatives.
The lecture by Simone M. Müller will be followed by a response from Sébastien Jodoin, professor of law at McGill University.

Paul Desmarais Theatre / CCA, admission is free.

cca.qc.ca